François Welter, Ferme du Kikiriki : « une production bio et une éthique »

C’est l’histoire d’un homme curieux qui aime la nature. La vie à la ferme, il n’y songeait pas spécialement. Et puis un jour il part faire un stage dans une ferme en Espagne. Plus qu’une

ferme_Kikiriki_entrepreneurs_alsace

C’est l’histoire d’un homme curieux qui aime la nature. La vie à la ferme, il n’y songeait pas spécialement. Et puis un jour il part faire un stage dans une ferme en Espagne. Plus qu’une découverte, c’est une révélation pour un métier qu’il se voit bien exercer. Quelques années plus tard il créera son exploitation à Goxwiller avec sa compagne.

 

Qui êtes-vous et quel est votre parcours ?
François Welter : Après une formation spécialisée en agriculture bio dans le Pays basque, j’ai passé le Brevet professionnel d’exploitation agricole. Après ma formation, j’ai accumulé les jobs dans les fermes un peu partout en France. J’ai appris notamment à cultiver et à exploiter les plantes médicinales pour les transformer en jus, sirops et tisanes.

 

Comment s’est passé la création de votre exploitation agricole ?
François Welter : avec ma compagne qui est fille d’agriculteur, on avait envie de créer notre entreprise et de mener un projet ensemble. De retour en Alsace en 2015, on s’est lancé dans la création de l’exploitation agricole. Nous avons loué 14 hectares de terres cultivables qui se partagent entre un verger et des champs de céréales. Nous avons reconstruit le vieux corps de ferme dans lequel nous nous sommes installés et je tenais beaucoup à faire mon pain avec les céréales que nous cultivons. J’ai donc aussi construit un fournil avec un vrai four à pain.

 

Vous avez fait le choix d’une agriculture bio mais aussi d’une éthique ?
François Welter : nous avons créé notre ferme avec un positionnement très clair : une production totalement bio et une éthique, celle d’être autonome. Nous privilégions le circuit court dans l’absolu : produire sur place pour utiliser les ingrédients. Je fais le pain avec les céréales qui sont cultivées dans mes champs (épeautre, blé, seigle).

 

Vous allez encore plus loin dans vos choix avec la biodiversité ?
François Welter : en plus de l’agriculture bio (tous les produits de l’exploitation sont labellisés Ecocert), j’ai souhaité avoir une démarche globale avec une biodiversité des cultures et des paysages. Je cultive des variétés anciennes de blé, d’épeautre et de seigle. Les variétés anciennes sont plus sensibles et ont des tiges plus hautes que les variétés classiques.

 

Je prends le risque d’avoir une récolte de moindre quantité mais il me paraît essentiel de préserver la biodiversité et de poursuivre la culture des variétés anciennes. Je constate de plus en plus que les gens sont très sensibles à la traçabilité des produits, ils posent des questions sur les variétés anciennes. Il y aussi de plus en plus d’intolérance au gluten. Les sourires de mes clients me confortent dans mes choix.

 

Des conseils à de futurs exploitants agricoles ?
François Welter : il faut bien se former, acquérir de l’expérience, multiplier les stages et les jobs dans des domaines variés.

 

Où trouve-t-on les produits de la Ferme du Kikiriki ?
François Welter : chaque semaine au marché de Barr le samedi et d’Obernai le jeudi matin. A Strasbourg, à la Nouvelle Douane, livraison le mercredi, dans les Amap de Strasbourg Neudorf (Amap du Ruisseau bleu et du Schlufeld) et à Strasbourg Cronenbourg (Ma Ferme Bio à la Rotonde). A l’Amap à Dambach la Ville, dans plusieurs points de vente de la « Ruche qui dit oui » et au salon Bio d’Obernai et dans certaines fêtes du village du Pays de Barr.

 

Ferme du Kikiriki / 48 rue Principale, 67210 Goxwiller / Tél : 07 87 54 03 / Facebook

 

lea.davy2@gmail.com

Journaliste à Entrepreneurs Alsace. Traqueuse de sujets. Startup lover. Mon ambition ? Réconcilier les lecteurs/lectrices avec l'économie et contribuer à faire vivre l'écosystème alsacien avec la team Entrepreneurs Alsace. Parce que l'éco, c'est avant tout des gens qui se bougent 24/24 (pas les parachutes dorés)

POST A COMMENT