Un afterwork pour sensibiliser aux discriminations

L'association L'Autre Cercle, qui sensibilise les professionnels et cadres des entreprises aux discriminations de tous genres, organise pour la 1ère fois un afterwork "WorkBetterTogether" à l'hôtel Hannong de Strasbourg. Rendez-vous le mercredi 8 juin 2016.   Stéphane

L'afterwork WorkBetterTogether, pour parler des discriminations en entreprise, le 8 juin 2016 à Strasbourg DR

L’association L’Autre Cercle, qui sensibilise les professionnels et cadres des entreprises aux discriminations de tous genres, organise pour la 1ère fois un afterwork « WorkBetterTogether » à l‘hôtel Hannong de Strasbourg. Rendez-vous le mercredi 8 juin 2016.

 

Stéphane Gross, président de l’antenne alsacienne de L’Autre Cercle, revient sur la démarche de l’association et sur cet afterwork du 8 juin 2016.
L’association L’Autre Cercle est assez discrète. Que défendez-vous  ?
Stéphane Gross : Nous nous intéressons au bien être en entreprise et au travail, en particulier concernant les discriminations. C’est une question assez transversale puisqu’il existe 20 critères de discriminations reconnus : la sexualité, l’origine, la religion, l’apparence physique, les LGBT (lesbiennes, gays, bi, transexuels) etc…

 

Pourquoi organiser cet afterwork sur le thème des discriminations ?
Stéphane Gross : D’habitude, les membres d’Autre Cercle se retrouvent plutôt entre eux. Je souhaite organiser davantage d’événements pour faire passer notre message et faire découvrir notre activité à d’autres. Cet afterwork entre aussi dans le cadre de la semaine des visibilités. Tout le monde connaît la gay pride, ou marche des visibilités, qui aura lieu le samedi 11 juin 2016 à Strasbourg. Nous organisons ce temps d’échange pour le monde professionnel.

 

De quelles manières les dirigeant(e)s ou cadres peuvent-ils mieux prendre en compte les différences dans leur entreprise ?
Stéphane Gross : cela commence avant tout par une politique RH (ressources humaines), en étant attentif aux discriminations à l’embauche. Ensuite, il s’agit de choses toutes simples, qui peuvent mettre mal à l’aise les salariés. Par exemple, quand vous invitez les épouses de vos équipes à un dîner, une personne homosexuelle n’osera peut-être pas venir avec sa compagne ou son compagnon. Ou lorsque vous planifiez des réunions tôt le matin ou tard le soir, cela pénalise les femmes. Dans un couple, ce sont elles qui continuent encore majoritairement à aller chercher les enfants à l’école.

 

Ces deux exemples peuvent paraître simple mais, au final, à force de manquer des réunions ou des événements, les promotions ou les bons dossiers leur échappent. Dans 7 cas sur 10, c’est simplement de la maladresse ou de la méconnaissance de la part des dirigeants. S’ils deviennent attentif à ces questions, ils amélioreront simplement et efficacement le bien être au sein de leur entreprise. Nous ciblons les cadres en particulier car ce sont eux et elles qui ont les moyens d’améliorer les choses. Mais l’afterwork est ouvert à tout le monde.

 

 

Afterwork WorkBetterTogether / Le 8 juin 2016 à 18h30 à l’hôtel Hannong à Strasbourg / Inscriptions sur EventBrite

 

 

 

lea.davy2@gmail.com

Journaliste à Entrepreneurs Alsace. Traqueuse de sujets. Startup lover. Mon ambition ? Réconcilier les lecteurs/lectrices avec l'économie et contribuer à faire vivre l'écosystème alsacien avec la team Entrepreneurs Alsace. Parce que l'éco, c'est avant tout des gens qui se bougent 24/24 (pas les parachutes dorés)

POST A COMMENT