Un entrepreneur veut créer de mini bouteilles de vin d’Alsace

Samuel Hirschmiller, créateur de l'entreprise Tasting Box, lance un prêt participatif sur une plateforme régionale Freelendease. Il espère récolter 25 000 € pour fabriquer les premières mignonnettes de vin d'Alsace.   C'est un petit nouveau sur Freelendease, plateforme de

tasting_box_mignonnette

Samuel Hirschmiller, créateur de l’entreprise Tasting Box, lance un prêt participatif sur une plateforme régionale Freelendease. Il espère récolter 25 000 € pour fabriquer les premières mignonnettes de vin d’Alsace.

 

C’est un petit nouveau sur Freelendease, plateforme de financement participatif dédié aux projets du Grand Est. Et il nous a plu : Samuel Hirschmiller, créateur de Tasting Box, commercialise déjà depuis 4 ans des mignonnettes (petites bouteilles) d’alcool (vodka, rhum, porto…) ou de sirop, vides ou à remplir.

 

Cette fois, il voudrait rendre possible la vente de vin d’Alsace dans ces petits formats, en créant une flûte d’Alsace en verre de 10cl, soit l’équivalent d’un verre. « Ce modèle n’existe pas et fabriquer un moule sur mesure coûte très cher, explique l’entrepreneur. D’où cette demande de prêt. Cette mini bouteille serait ensuite proposée aux viticulteurs locaux, pour une vente en boutique ou sur internet. Les mignonnettes plaisent beaucoup pour les cadeaux. »

 

Tasting Box, des mignonnettes de vin d’Alsace

Samuel Hirschmiller est convaincu de l’intérêt de ce format. « Les habitudes de consommation ont beaucoup évolué en France. Il y a 10 ans, les restaurants ne proposaient pas de vin au verre. Maintenant, même les étoilés en comptent à la carte, voire en accords mets-plats. Les consommateurs préfèrent découvrir des vins. Les mignonnettes permettent de goûter sans être obligé d’acheter la bouteille en entier ou de devoir la finir. Même si, proportionnellement, ça coûte plus cher », admet-il.

 

Cette idée lui est venue pendant ces cours du soir au Cnam, pour sa licence en commerce international. « J’ai profité d’une étude de cas que nous avions à réaliser pour tester marketing et développement potentiel du projet. Il y avait quelque chose à faire. Dans les autres pays européens, l’alcool sous forme de mignonnettes se vend même en supermarché. Mais le marché français est plus complexe en raison de la règlementation. »

 

Faire appel aux particuliers via un prêt

 

Le projet Tasting Box ne convainc pas la banque alors Samuel Hirschmiller choisit alors de proposer aux particuliers de souscrire un prêt dont le principe est simple : comme pour du crowdfunding, les internautes peuvent donner une certaine somme d’argent qui ne sera débitée que si le projet atteint son objectif. En revanche, au lieu de contreparties, ils récupéreront leur investissement en trois ans, avec des intérêts à 7,5%. Un choix réalisé par l’entrepreneur pour des raisons « morales ». « J’ai une démarche commerciale, je préfère laisser le crowdfunding aux associations. »

 

Ce prêt et ce projet représentent une nouvelle étape dans la vie professionnelle Samuel Hirschmiller. Après avoir travaillé dans une entreprise de planchers chauffants, puis dans le chauffage, il se réoriente dans le salariat. « Je travaille toujours chez le transporteur routier Heppner. J’y suis rentré il y a dix ans comme chauffeur et j’ai gravit les échelons jusqu’à m’occuper des tournées. J’ai ensuite décidé de redevenir chauffeur pour me consacrer au projet Tasting Box. »

 

Tasting Box / 03 88 37 08 68 / Projet sur Freelendease

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

lea.davy2@gmail.com

Journaliste à Entrepreneurs Alsace. Traqueuse de sujets. Startup lover. Mon ambition ? Réconcilier les lecteurs/lectrices avec l'économie et contribuer à faire vivre l'écosystème alsacien avec la team Entrepreneurs Alsace. Parce que l'éco, c'est avant tout des gens qui se bougent 24/24 (pas les parachutes dorés)

POST A COMMENT