Tobias Hylla, architecte : « me consacrer à mes propres réalisations »

Ecoles, maisons, musées, jardins d'enfants

Tobias_Hylla_entrepreneurs_alsace_fancycrave

Ecoles, maisons, musées, jardins d’enfants… L’architecte allemand Tobias Hylla travaille en indépendant sur toutes sortes de réalisations. Il espère, grâce à des collaborations avec des urbanistes français, travailler davantage en Alsace.

 

Pouvez-vous vous présenter ?
Tobias Hylla : Je suis architecte et j’ai étudié à Karlsruhe. Pendant mes études, mais aussi après, j’ai passé quelques années auprès des architectes Lehmann à Berlin et Feichtinger à Paris. Les deux bureaux sont aussi présents dans la région. Par ex., Feichtinger va construire la nouvelle foire-expo à Strasbourg et Lehmann a un bureau reconnu dans l’Ortenau.

 

Il y a environ 4 ans, j’ai décidé de me mettre à mon compte. Au début à Berlin, et depuis un an à Kehl. Je viens de la région et j’ai choisi la ville de Kehl pour sa proximité avec Strasbourg. Je pense que cette intersection pourra m’offrir des options intéressantes pour l’avenir.

 

Pourquoi avez-vous créé votre propre cabinet d’architecture ?
Tobias Hylla : En fait, j’ai toujours eu l’envie de me consacrer à mes propres réalisations. Alors que mon projet touchait à sa fin dans le cadre d’un poste salarié, et qu’à ce moment même, un de mes amis avait décidé de construire sa maison, j’ai profité de l’occasion et osé me lancer en tant qu’indépendant.

 

Sur quel genre de réalisations travaillez-vous ?
Tobias Hylla : il s’agit d’un spectre relativement large. A mes débuts en tant qu’indépendant, j’ai travaillé sur des maisons, pour mon cercle de connaissances. Parallèlement, j’ai toujours essayé de répondre à des appels d’offres pour avoir d’autres contrats. Ces appels d’offres concernent l’élaboration de différents types de structures, par ex. des musées, des piscines, des écoles ou des jardins d’enfants. Et lorsqu’on les remporte, on les construit. Je n’ai donc pas de cible particulière en tant que telle, au contraire, je trouve qu’il est plus approprié de travailler de manière protéiforme et de s’y tenir.

 

Pourriez-vous citer deux ou trois de vos réalisations ?
Tobias Hylla : Pendant ma collaboration chez les architectes Lehmann, je peux vous citer de manière sûre la nouvelle construction du Musée Kleist à Frankfurt (Oder), sur laquelle j’ai pu travailler en tant que chef de projet, de la proposition faite à l’appel d’offre jusqu’à la mise en œuvre. J’ai beaucoup appris pendant la réalisation de ce projet, plus particulièrement à propos de l’étendue des services qu’offre le métier d’architecte.

 

En tant qu’indépendant, j’ai décroché 2 appels d’offre : un pour une résidence pour personnes âgées ici dans la région et un pour une crèche à Hannovre. Ici, les défis n’étaient pas seulement dans les croquis mais plutôt dans l’organisation, puisque les délais de traitement de 6 à 8 semaines n’ont pas été honorés et qu’en parallèle, les recettes nécessaires devaient encore être atteintes. Au final, c’est bien sûr une belle sensation lorsqu’un tel tour de force est récompensé par un prix et une nouvelle commande.

 

A quels enjeux est confronté votre secteur d’activité ?
Tobias Hylla : La construction connaît un essor économique, en ce sens, les services de conception sont demandés. C’est naturellement un bon point de départ pour une activité indépendante qui en est à ses débuts. Il s’agit pour moi de consolider le bureau et d’augmenter ma productivité, avec d’autres collaborateurs. Ce qui est également une condition de base pour pouvoir s’attaquer dans l’absolu à de plus grands projets. Sinon, je vais de plus en plus me consacrer à la réponse aux appels d’offres, qui proposent un large éventail de domaines d’activités et qui ont pour préoccupation des thèmes actuels de notre époque.

 

Grâce à une coopération avec des urbanistes français, je pourrai aussi avoir la possibilité d’être actif à long terme sur le marché français. Pour cela, je vais devoir améliorer mes connaissances en français !

 

Quels conseils donneriez-vous à un(e) entrepreneur(e) ?
Tobias Hylla : Je ne sais pas si je recommencerai seul. La charge de travail d’organisation et d’expertise est énorme et le temps de pouvoir prendre des décisions est de plus en plus court. Ce qui n’est déjà pas facile au départ lorsque l’on manque d’expérience. L’échange avec un associé ou un partenaire serait certainement une aide précieuse et permettrait de mettre ses incertitudes plus rapidement de côté.

 

Un autre conseil serait de se constituer suffisamment tôt des réserves financières, car on doit faire des planifications et des paiements partiels anticipés pour tous les projets pendant des mois et ce facteur augmente de manière exponentielle lorsque l’on gère plusieurs projets à la fois, ainsi que les salariés qui vont avec. Ce qui peut vous faire passer bien des nuits blanches.

 

Tobias Hylla / hafenstrasse 3, 77694 Kehl am Rhein / +49.78 51.50 86 60

lea.davy2@gmail.com

Journaliste à Entrepreneurs Alsace. Traqueuse de sujets. Startup lover. Mon ambition ? Réconcilier les lecteurs/lectrices avec l'économie et contribuer à faire vivre l'écosystème alsacien avec la team Entrepreneurs Alsace. Parce que l'éco, c'est avant tout des gens qui se bougent 24/24 (pas les parachutes dorés)

POST A COMMENT