Yoann Rousselle, CHSCT en Action : « animer les formations de façon plus ludique »

Spécialisé dans la prévention des risques professionnels, cet entrepreneur a créé un serious game (ou jeu sérieux) baptisé "CHSCT en Action", afin de former les membres d'un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de

ChsctEnAction_YoannRousselle (3)

Spécialisé dans la prévention des risques professionnels, cet entrepreneur a créé un serious game (ou jeu sérieux) baptisé « CHSCT en Action », afin de former les membres d’un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT donc) de manière plus ludique.

 

Pouvez-vous vous présenter ? 
Yoann Rousselle : Je suis un chasseur de risques & sylviculteur de compétences, enregistré à la DIRECCTE en tant qu’Intervenant Prévention des Risques Professionnels (IPRP). J’ai créé l’Agence de Prévention des Risques Professionnels (APRP), avec la coopérative Antigone. Sa philosophie de partage et d’entraide m’a semblé un choix évident pour la création de mon entreprise.

 

En plus de mon activité de préventeur, je suis aussi formateur. Je suis le créateur du jeu pédagogique « CHSCT en Action » qui a concouru au prix de l’innovation du salon Préventica à Strasbourg cette année (2017).

 

Quelles sont vos activités ? 
Yoann Rousselle :  J’interviens pour accompagner et soutenir les entreprises type PME/PMI sur tous les domaines de la prévention des risques professionnels. Que ce soit pour l’évaluation et la maitrise des risques comme les risques psychosociaux (RPS), chimiques, routiers, trouble musculosquelettique (TMS), procédure d’évacuation incendie, pénibilité, qualité de vie au travail, audit en santé et sécurité au travail (S&ST) etc., et la rédaction du document unique. Je peux nommer comme client : SEMIA, Erage, Valmartin, des cabinets dentaires… J’ai la volonté de créer avec l’entreprise une autonomie nécessaire pour continuer à faire vivre ses pratiques de prévention dans toutes les sphères de l’entreprise.

 

Pourquoi avez-vous décidé de créer votre entreprise ? 
Yoann Rousselle : Mon projet s’inscrit dans le tissu économique local et vise à accompagner les entreprises sur leurs actions de prévention. Je souhaite que la prévention puisse prendre la place qui lui est due : un atout pour développer sereinement l’entreprise, que ce soit pour une très jeune entreprise, ou plus ancienne. J’ai donc imaginé un soutien basé sur 4 axes novateurs : la réalité du terrain, le travail réel des collaborateurs, le ressenti des acteurs de l’entreprise sur la prévention, l’identification des avantages que la prévention aura sur l’entreprise jouant un rôle dans la sphère sociale, économique, écologique, juridique et sur l’image de marque de l’entreprise.

 

Pourquoi avez-vous créé un serious game pour former les membres d’un CHSCT ?
Yoann Rousselle : La formation du CHSCT connait un programme dense et technique, qui peut prendre la forme d’un cours magistral ou d’une accumulation d’informations indigestes. Notre jeu vise à éviter cet inconvénient tout en respectant les points clés du programme. Il contribue à l’émulation d’une équipe en constitution grâce à un moment convivial et constructif. Cela constitue un repère qui participera à la construction des réflexes de travail du CHSCT.

 

J’ai voulu rajeunir l’image de la prévention et de la formation. J’ai décidé d’animer les formations CHSCT de façon plus ludique. Et ça marche ! Mes formations fut couronné de succès, les apprenants ont apprécié la ludo pédagogie liée à cette thématique pourtant très dense. Cette année, j’ai décidé de proposer cette idée innovante aux autres organismes de formation ou formateurs habilités par la DIRECCTE. Ce jeu est également accessible aux membres du CHSCT voulant l’utiliser lors des formations continues au sein de l’entreprise. Tout est prévu dans le kit pour être autonome et animer de manière dynamique une partie de « CHSCT en action ! »

 

Une des particularités du jeu réside en ça pédagogique basée sur les neurosciences. Chaque couleur des cases « action » fait référence aux 4 préférences cérébrales existantes dans la célèbre méthode Herrmann ®.

 

Comment fonctionne ce jeu ?
Yoann Rouselle : Ce jeu stimule la motivation d’apprentissage et la mémoire. Des études en neurosciences, ont montré que plus de la moitié de la population retient plus efficacement des informations lorsqu’elle participe activement à leur recherche.

 

Les participants vont jouer autour de 128 cartes « questions » permettant la progression de chaque équipe sur le plateau de jeu. Elles porteront sur 5 thématiques : La création, le fonctionnement, les moyens les mirent de veilles et d’études du CHSCT. Ils seront confrontés à 4 actions qu’ils découvriront et qu’ils devront remporter en se rendant sur les 4 unités de travail pour gagner la partie.

 

Il a 3 objectifs : dynamiser la formation CHSCT afin de rendre le thème traité plus digeste et compréhensible ; transmettre de façon différente ; apprendre aux membres du CHSCT à être autonomes, dans la recherche et la réflexion au profit des actions de prévention. Nous traitons davantage le ‘’pourquoi’’ plutôt que le ‘’comment faire’’.

 

Je veux remettre au centre le vrai rôle du CHSCT, c’est-à-dire un trait d’union entre les salariés et le chef d’établissement. Pour cela il faut faire comprendre que le dialogue social est essentiel en prévention et savoir communiquer et argumenter fait partie du rôle d’accompagnement du CHSCT.

 

Comment s’est déroulé la création de « CHSCT en action » ?
Yoann Rouselle : Pour m’aider à finaliser le projet, je me suis retourné vers mon plus proche collaborateur COEF CONTINU qui est un organisme de formation spécialisé dans l’ingénierie pédagogique et éditeur depuis 2015. En 2017, le cabinet édite le jeu de société pédagogique : « CHSCT en action ». Nous l’avons présenté lors du salon Préventica les 7 au 9 novembre 2017 à Strasbourg.

 

L’autre actualité 2017 est la création d’une certification « management bienveillant » dont le but est de valider les compétences managériales dans le respect de l’humain. Son but : lutter contre les RPS au sein des organisations professionnelles.

 

Un conseil pour un(e) entrepreneur(e) ?
Yoann Rouselle : Je me permettrais de donner 2 conseils. Pour se lancer dans l’entrepreneuriat, il faut accepter de renoncer à chercher ce fameux CDI. Ce frein que vous vous imposez doit disparaitre vous permettant ainsi de vous consacrer pleinement à votre projet professionnel qui sera riche en émotion. Je suis persuadé que le nouveau monde du travail que nous vivons actuellement est fait pour les entrepreneurs.

 

Le 2e serait de remercier régulièrement votre compagne ou votre compagnon. Elle/il est embarqué (e) dans cette aventure qui est la vôtre, mais c’est aussi la seule personne qui vous soutiendra dans les moments difficiles.

 

15 A rue Cerf-Berr à Strasbourg / 06.84.81.61.68 / www.préventiondesrisques.com

lea.davy2@gmail.com

Journaliste à Entrepreneurs Alsace. Traqueuse de sujets. Startup lover. Mon ambition ? Réconcilier les lecteurs/lectrices avec l'économie et contribuer à faire vivre l'écosystème alsacien avec la team Entrepreneurs Alsace. Parce que l'éco, c'est avant tout des gens qui se bougent 24/24 (pas les parachutes dorés)

POST A COMMENT